Canções por títuloCanções por álbum

Édith Piaf - Dans Ma Rue

Letra y música: Jacques Datin

en es fr it pt ru uk


Tradução em
Dans Ma RueIn My Street
J'habite un coin du vieux Montmartre.
Mon père rentre soûl tous les soirs
Et pour nous nourrir tous les quatres
Ma pauvre mère travaille au lavoir.
Moi j'suis malade, j'reste à ma fenêtre.
J'regarde passer les gens d'ailleurs.
Quand le jour vient à disparaitre
Y'a des choses qui me font un peu peur

Dans ma rue y'a des gens qui s'promènent.
J'les entends chuchoter et dans la nuit
Quand j'm'endore bercée par une rengaine
J'suis soudain réveillée par des cris
Des coups de sifflet, des pas qui trainent
Qui vont et viennent
Puis le silence qui me fait froid dans tout le cœur

Dans ma rue y'a des ombres qui s'promènent
Et je tremble et j'ai froid et j'ai peur

Mon père m'a dit un jour: «Ma fille
Tu n'vas pas rester là sans fin.
T'es bonne à rien, ça c'est de famille.
Faudrait voir à gagner ton pain.
Les hommes te trouvent plutôt jolie.
Tu n'auras qu'à partir le soir.
Y'a bien des femmes qui gagnent leur vie
En s'baladant sur le trottoir»

Dans ma rue y'a des femmes qui s'promènent.
J'les entends fredonner et dans la nuit
Quand j'm'endore bercée par une rengaine
J'suis soudain réveillée par des cris
Des coups de sifflet, des pas qui trainent
Qui vont et viennent
Puis ce silence qui me fait froid dans tout le cœur

Dans ma rue y'a des femmes qui s'promènent
Et je tremble et j'ai froid et j'ai peur

Et depuis des semaines et des semaines
J'ai plus de maison, j'ai plus d'argent.
J'sais pas comment les autres s'y prennent
Mais j'ai pas pu trouver de client.
J'demande l'aumône aux gens qui passent
Un morceau de pain, un peu de chaleur.
J'ai pourtant pas beaucoup d'audace
Maintenant c'est moi qui leur fait peur

Dans ma rue, tous les soirs j'me promène
On m'entend sangloter et dans la nuit
Quand le vent jette au ciel sa rengaine
Tout mon corps est glacé par la pluie
Et j'en peux plus, j'attends qu'enfaite
Que le bon Dieu vienne
Pour m'inviter à m'réchauffer tout près de lui

Dans ma rue y'a des anges qui m'amènent.
Pour toujours mon cauchemar est fini
I live on a corner of old Montmartre.
My father comes in drunk every evening
And in order to feed the four of us
My poor mother works at the laundry.
I am ill, I stay at my window.
I watch the people from other places pass by.
When the day begins to disappear
There are some things that make me a bit scared

In my street there are people that walk around.
I hear them whispering and at night
When I go to sleep lulled by an old song
I am suddenly woken by shouts
Blasts of a whistle, footsteps that hang about
That come and go
Then silence that makes my whole heart cold

In my street there are shadows that walk around
And I tremble and I am cold and I am afraid

One day my father said to me: “My girl
You are not going to stay here forever. (lit: endlessly)
You are good for nothing, that runs in the family.
You will have to see about earning your bread.
The men find you rather pretty.
You will only have to go out in the evening.
There are a good many women that earn their living
Walking the pavement”

In my street there are women that walk around.
I hear them humming and at night
When I go to sleep lulled by an old song
I am suddenly woken by shouts
Blasts of a whistle, footsteps that hang about
That come and go
Then this silence that makes my whole heart cold

In my street there are women that walk around
And I tremble and I am cold and I am afraid

And after weeks and weeks
I have no home any more, I have no money any more.
I do not know how the others there look after themselves
But I have not been able to find a client.
I ask the people that pass by for alms
A piece of bread, a bit of kindness.
I do not have much audacity though
Now it is me that makes them afraid

In my street, I go for a walk every evening
You hear me sobbing and at night
When the wind throws its old song into the sky
My whole body is frozen by the rain
And I can't go on any more, in fact I am only hoping
That good God might come
(In order) to invite me to warm myself close to Him

In my street there are angels that take me.
My nightmare is over forever